Portage salarial Paris
11 Boulevard Brune
75014 Paris

Portage salarial Bordeaux
132 Rue Fondaudège
33000 Bordeaux

Portage salarial Lyon
Tour Britannia
20 Boulevard Eugène Deruelle
69003 Lyon

Styles de management

5/5 (2 votes)

Vues : 269

Temps de lecture : 4 minutes

8 pions rouge et un pion noir sur fond bleu clair

Chaque manager possède un style qui lui est propre. Un bon manager doit pouvoir s’adapter à chaque situation pour mobiliser son équipe. Il peut être directif ou souple en fonction du contexte et des individus. Il n’existe pas de style de management meilleur qu’un autre. Voyons dans cet article quels sont les différents styles de management, les avantages et les limites.

Les 4 styles de management

Rensis Likert, psychologue américain a défini dans les années 60 les quatre styles de direction, allant du style autocratique au style démocratique. Blake et Mouton, fondateurs de la société « Méthodes Scientifiques » ont repris les travaux de Rensis Likert pour cerner les caractéristiques comportementales des leaders ainsi que les conséquences des différents styles de management, appelé également la grille Black et Mouton.

Le management directif

Le management directif ou le management autoritaire est une déclinaison de la vision taylorienne de l’organisation. Le management directif est vertical, basé sur une organisation hiérarchisée. Le manager oriente, dirige, donne des instructions et les collaborateurs exécutent. Le manager directif surveille et contrôle le travail. Ce style de management est orienté sur les résultats. Les collaborateurs sont ainsi sanctionnés ou récompensés selon les performances

Les avantages du management directif

Ce style de management peut être efficace si les collaborateurs ne sont pas autonomes ou s’il est nécessaire de prendre des décisions rapidement.

Les inconvénients du management directif

Le management directif laisse peu de place aux initiatives et ne se base pas sur le relationnel. Ainsi, ce style de management peut être source de conflits et de mal être pour les collaborateurs. Le management directif ne donne pas de sens aux missions à réaliser et peut être source de démotivation.

Le management persuasif

Le management persuasif ou le management paternaliste est centré sur l’organisation et le relationnel. Le manager cherche à influencer plutôt qu’à imposer et essaie de convaincre les collaborateurs. Dans ce style de management, le manager est attentif aux freins des collaborateurs et aux sources de motivation. Le management persuasif est centré sur les résultats et sur le relationnel.

Les avantages du management persuasif

Avec ce style de management, les collaborateurs se sentent soutenus et écoutés. Le manager accompagne, assiste, explique pour convaincre. Le management persuasif est bienveillant et la manager valorise les résultats, favorisant la fidélisation des équipes.

Les inconvénients du management persuasif

Basé sur le relationnel, le management persuasif est également centré sur les résultats. Ce style de management est centré sur le leader et reste autoritaire même si le manager reste à l’écoute. Le manager reste le seul décisionnaire. La liberté des collaborateurs est encadrée, la prise d’initiative ou d’autonomie peut être ainsi freinée.

Le management participatif

Le management participatif permet d’impliquer les collaborateurs dans les prises de décision et dans la résolution de problèmes. Il s’agit d’un style qui connait une forte notoriété puisqu’il participe au bien être au travail des équipes. Ce style de management permet à chaque individu de donner son avis sur les problématiques et les solutions à apporter pour atteindre un consensus. Le management participatif est principalement basé sur le relationnel et peu centré sur les résultats. Le manager se positionne comme un animateur.

Les avantages du management participatif

Le management participatif contribue au bien-être au travail. Les salariés sont écoutés, valorisés et leurs opinions sont prises en considération. Le management participatif s’appuie sur l’intelligence collective et a un impact positif sur la créativité des équipes. Le management participatif contribue à une bonne ambiance au travail, donne du sens aux missions et limite ainsi le turn-over des équipes, avec une forte implication et fidélisation.

Les inconvénients du management participatif

Le management participatif peut ne pas correspondre à tout type de profil. Certains préfèrent un rapport hiérarchique et plus d’encadrement. Le management participatif prend du temps, recueillir les avis, trouver un consensus est plus long pour les prises de décisions. Dans les situations de crise, où la réactivité est primordiale, le management participatif peut être un frein.

Le management délégatif

Le management délégatif ou consultatif est axé sur le relationnel. Dans ce style de management, le manager valorise l’ensemble des collaborateurs en les responsabilisant et en déléguant les tâches à réaliser. Il s’agit d’une vraie relation de confiance. Ainsi, le manager suit et contrôle mais laisse une grande liberté d’actions à ses équipes.

Les avantages du management délégatif

Les collaborateurs sont très impliqués dans la vie de l’entreprise. Ce mode de management permet d’accroitre le sentiment d’appartenance à l’entreprise. Ayant une vraie liberté d’actions avec des responsabilités, les salariés sont valorisés dans leurs missions.

Les inconvénients du management délégatif

Avec ce style de management, le manager s’efface pour laisser la responsabilité aux collaborateurs. Ce style de management peut désorganiser la hiérarchie et être source de conflits. La circulation de l’information peut être désorganisée et ainsi anarchique. Enfin, certains collaborateurs n’apprécient d’avoir des responsabilités, le management délégatif peut être source de pression pour certains.

Notre conseil, adaptez votre style de management

L’objectif d’un manager est d’accompagner son équipe par le développement de compétences, l’autonomie pour être efficace dans la réalisation des missions. Pour ce faire, il est nécessaire de pouvoir adapter son style de management en fonction des situations et des personnalités de son équipe.

Il est essentiel de faire preuve d’écoute pour cerner la personnalité, les forces, les freins, les compétences et les sources de motivation de chacun. Ensuite, adapter son mode de management en fonction des situations.

En situation de crise, le manager peut être directif car la prise de décision doit être rapide. Les collaborateurs autonomes ayant de très fortes compétences auront besoin d’une grande liberté d’actions pour s’exprimer et innover. Le management délégatif peut correspondre. Attention cependant à ne pas adopter une posture laxiste.

Il n’existe pas de bon ou mauvais style de management. Il faut s’adapter et être flexible en fonction de la situation et des collaborateurs, il s’agit du management situationnel.

 

miniature de l'auteur

Cette page a été rédigée par

Suivez Hélène sur Twitter ou Linkedin